Chenille processionnaire : tout savoir sur cette chenille urticante

Vous avez remarqué des nids de chenilles processionnaires dans votre jardin, mais ne savez pas comment vous en débarrasser ? Voici quelques informations qui pourront vous être utiles à ce sujet.

Qu’est-ce que la chenille processionnaire ?

Ce nom désigne une espèce de chenilles urticantes qui se transforme en papillon éphémère une fois qu’elle a atteint l’âge adulte. Toutefois, cette variété possède plusieurs caractéristiques. On peut distinguer deux catégories : la chenille processionnaire du pin et la chenille processionnaire du chêne. Là où la première espèce se montre plutôt de l’automne au printemps, la seconde est généralement visible du printemps jusqu’au début de l’été. Comme leurs noms nous l’indiquent, on retrouve ces deux types de chenilles dans les arbres de nos jardins.

A voir aussi : L'homme le plus beau du monde en 2022, 2021 et avant

En attendant de se métamorphoser, ces dernières vont adopter des comportements différents. La chenille processionnaire du pin va venir s’enfouir dans le sol, tandis que celle du chêne va rester dans l’arbre sur lequel elle se trouve. Ne se contentant pas d’être urticante, l’espèce se révèle également un véritable nuisible pour les arbres en question.

Leur prolifération ne faisant qu’augmenter à cause du réchauffement climatique, ces petits nuisibles sont plus fréquemment visibles dans le Sud de la France ou la Bretagne. À l’échelle mondiale, cette espèce occupe généralement l’Espagne ou encore l’Italie. On les retrouve sur les résineux ainsi que sur les pins.

Lire également : Poids baguette : combien pèse une baguette ?

À quoi ressemble la chenille processionnaire ?

Le corps des membres de cette espèce peut atteindre jusqu’à 40 millimètres de long. Doté d’un ventre jaune, le reste de son corps est parsemé de taches rouges. Le détail le plus important — et surtout le plus dangereux — de l’apparence de la larve est la présence de centaines de poils urticants, visibles partout sur son dos. Il est facile de reconnaître ces nuisibles parmi leurs semblables : lorsqu’elles se déplacent, ces chenilles forment une longue procession pouvant mesurer jusqu’à plusieurs mètres de long.

La chenille processionnaire : un danger pour l’humain ?

Il est normal de se poser la question : entendre parler de la présence de ces nuisibles urticants dans notre jardin est toujours peu rassurant. Lorsque la chenille se sent en danger, elle projette les poils de soie présents sur son dos. Cependant, des dards se trouvent sur les poils de la larve ; ces derniers libèrent la toxine urticante qui va permettre à la chenille d’infecter ce qui la menace, humain tout comme animal.

En cas de contact avec la peau, des boutons risquent d’apparaître pour une durée de quelques jours. Toutefois, si jamais vous respirez les poils ou si ces derniers entrent en contact avec vos yeux, vous risquez de subir des troubles respiratoires ou oculaires de gravité plus ou moins importante. La plupart du temps, les personnes ayant été piquées par les nuisibles présentent des symptômes de problèmes respiratoires, ou encore des plaques rouges visibles sur le corps. Dans les cas les plus rares, il est fait mention d’un choc anaphylactique, ou bien d’un œdème. Il est donc préférable de ne pas s’en approcher et d’éviter tout risque en détruisant les nids de ces nuisibles.

Le risque pour les animaux

Malheureusement, il est tout à fait possible pour votre animal de se faire également piquer par une chenille processionnaire. Dans le cas où votre chien ou votre chat aurait léché sa piqûre, le risque de blessure grave augmente fortement. En effet, si votre compagnon à quatre pattes ne reçoit pas rapidement un traitement à base de corticoïdes, il risque de subir une nécrose de la langue. Il est donc très important d’emmener votre animal chez le vétérinaire en cas de piqûre d’un de ces nuisibles, afin que le spécialiste pose un diagnostic et vous donne le traitement à suivre pour éviter à votre petit compagnon tout problème de santé.

Comment éviter la prolifération de la chenille processionnaire ?

De nombreuses communes ont mis en place divers systèmes afin d’empêcher la reproduction de ces nuisibles. En voici quelques exemples (plus ou moins naturels) :

  • Installer des nichoirs à mésanges : Il est bon de savoir que ce petit oiseau apprécie particulièrement les chenilles processionnaires. L’avantage de cette solution est que vous pouvez également facilement la reproduire dans votre jardin.
  • Pulvériser des biotoxines : Cette méthode est l’une des plus usitées par les principales communes touchées par la prolifération des nuisibles. C’est aussi l’une des plus fiables, car elle va venir provoquer la mort des larves par ingestion.
  • Planter des bouleaux : La forte odeur de cet arbre a pour avantage de repousser et de faire fuir les chenilles processionnaires.
  • Faire appel à un professionnel : Si aucune des solutions citées précédemment ne vous convient, vous pouvez toujours faire appel à un professionnel. Ce dernier éliminera les nids des nuisibles pour vous et vous évitera d’avoir à le faire vous-même. Ledit professionnel pourra également vous prodiguer des conseils pour la prochaine invasion de nuisibles que vous rencontrerez.

Il faut donc être prudent avec ces petites chenilles, qui peuvent menacer le bien-être des Hommes et des autres animaux.

ARTICLES LIÉS