Comment s’excuser de son comportement ?

Il est plus que probable que vous ayez vous-même présenté des excuses médiocres une fois ou deux. C’est tout à fait normal. S’excuser peut être difficile, même lorsque vous regrettez sincèrement d’avoir commis une erreur ou d’avoir fait souffrir quelqu’un. Admettre un acte répréhensible n’est généralement pas facile, surtout lorsque cela signifie reconnaître que vous avez blessé une personne qui vous est chère. Vous voulez faire amende honorable, mais vous ne savez peut-être pas comment vous y prendre. Vous pouvez également craindre de dire ce qu’il ne faut pas et d’aggraver la situation.

Voici la bonne nouvelle : Apprendre à présenter des excuses sincères n’est pas aussi difficile qu’il n’y paraît, et nous sommes là pour vous guider dans cette démarche. Les conseils ci-dessous vous aideront à formuler des excuses naturelles et sincères à toute personne de votre entourage.

A lire en complément : Quelles sont les aides pour un congé parental ?

Étape 1 : Dites-lui ce que vous ressentez

Habituellement, nous commençons par dire « Je suis désolé » pour exprimer nos remords. Le « je suis désolé » est plus efficace lorsque nous développons nos sentiments de remords. Par exemple, « Je suis désolé et triste d’apprendre que mon manque de communication vous a mis en colère et vous a rendu rancunier. » Ou encore : « Je suis tellement désolé et gêné que mon commentaire ait provoqué un tel tumulte. »

Partagez simplement les sentiments de remords, s’il vous plaît. Il n’est pas constructif de succomber – et de partager – des sentiments de ressentiment ou de défensive, comme « Je suis désolé… vous êtes si mesquin et critique ».

A découvrir également : Comment calculer le nombre de jours de CP acquis ?

Étape 2 : Admettez votre erreur ET l’impact négatif qu’elle a eu

C’est la partie la plus difficile, car elle exige d’admettre la responsabilité de nos actions ou de notre comportement. Cela peut sembler impossible si nous ne pensons pas avoir fait grand-chose de mal, ou si nos intentions étaient bonnes.

Posez-vous la question : Comment l’autre personne se sent elle ? Qu’ai-je fait pour provoquer ce sentiment ? Aurais-je pu faire quelque chose de différent ?

Puis reconnaissez ces choses. Faites preuve d’empathie envers la personne offensée ; le plus important est que vous montriez que vous essayez de comprendre ce qu’elle ressent. (Ne vous excusez pas avant d’avoir réellement compris ce qu’elle ressent ; si vous ne pouvez pas vous mettre à sa place, vos excuses sonneront faux).

Par exemple : « Je vois que mon commentaire t’a blessé et que tu te sens incompris et négligé. »

Ou à votre partenaire, vous pourriez dire : « Je sais que j’ai eu tort de t’interpeller devant toute la famille et que tu es en colère parce que j’ai porté atteinte à ta crédibilité auprès des enfants. Je suis sûr que c’était embarrassant et que j’ai eu tort de le faire. »

C’est ici que la plupart d’entre nous sont tentés de donner une explication à notre comportement. Dans le doute, laissez l’explication de côté ; essayer de justifier nos actions peut donner l’impression que nous sommes sur la défensive ou que nous cherchons des excuses. (N’oubliez pas que le but est de réparer la relation, pas de faire voir à l’autre personne que vous aviez raison).

Si vous devez expliquer pourquoi vous avez fait ce que vous avez fait, veillez à continuer à assumer la responsabilité de l’impact négatif que vous avez eu. Dire : « Je ne savais vraiment pas que tu serais offensé » est une excuse, pas une bonne explication. Se plaindre que vous n’aviez pas l’intention de blesser l’autre personne n’éclaire en rien la situation. Il serait plus efficace de dire : « Ce n’est pas une excuse pour t’avoir posé un lapin, mais je veux que tu saches que mon beau-père venait d’avoir une attaque, et j’étais tellement pressée d’aller à l’hôpital que j’ai oublié de t’appeler ».

Si vous offrez une explication, il peut être utile de réitérer votre erreur et de reconnaître à nouveau ce que l’autre personne ressent : « Encore une fois, je suis vraiment désolé de ne pas t’avoir appelé, et que tu sois resté coincé là à m’attendre pendant une heure. Je ne peux qu’imaginer à quel point tu dois être bouleversé, inquiet et en colère. »

Étape 3 : Corrigez la situation

Les bonnes excuses comprennent une sorte de réparation, réelle ou symbolique. Peut-être créez-vous une occasion pour la personne que vous avez embarrassée de regagner de la crédibilité. Ou peut-être admettez-vous votre erreur à d’autres personnes, dans le cadre de la réparation. Dans de nombreuses relations, un câlin est une excellente réparation.

Souvent, il suffit d’expliquer ce que nous allons faire différemment la prochaine fois afin de ne pas répéter l’action ou le comportement offensant. Cela nous aide à rétablir la confiance et à réparer la relation.

Si vous ne savez pas comment arranger les choses, demandez simplement : « Puis-je faire quelque chose pour me faire pardonner ? »

Et surtout, tenez toutes les promesses que vous faites. Lorsque nous nous sentons coupables ou embarrassés, il arrive que nous corrigions trop notre erreur pour tenter de nous faire pardonner. Si la personne demande quelque chose que vous ne pouvez pas lui donner, dites-le, et dites que vous réfléchirez à ce que vous pouvez faire pour vous faire pardonner.

ARTICLES LIÉS